Imprimet

La lumière naturelle

L’apport de lumière directe est un des principaux enjeux de rénovation des fermes, les volumes d’origine étant profonds et les ouvertures peu nombreuses.

 

La forme et la fonction de chaque ouverture correspondait à une fonction particulière. En ce sens et pour maintenir les traces de l’histoire, il conviendra de ne pas les modifier.

Description :

Les façades

Elles se caractérisent par leur composition, le revêtement extérieur, les ouvertures, des corniches et leur disposition et des détails : corniches, encadrements de fenêtres…

Quelle que soit la typologie, la surface de mur doit rester supérieure à celle des percements.

Les nouveaux percements seront à localiser et dimensionner en fonction de la façade des ouvertures existantes.


Les fenêtres

Elles conserveront des proportions plus hautes que larges, divisées en trois parties égales ou parfois 1/3, 2/3.

L’implantation de nouvelles fenêtres respectera la composition de façade, la superposition et la proportion des baies du logement.

 

Les menuiseries procèdent de matériaux et d'une fabrication très simples, il est important de ne pas introduire de modèles sophistiqués (petits bois en métal doré, etc).

 

Dans le cadre d’une intervention contemporaine, il sera possible de placer un châssis avec vitrage unique, d’ouvrir tout ou partie d’une travée sur toute la hauteur ou de vitrer en totalité un pignon. Ces dernières interventions prennent tout leur sens lorsque la façade est exposée au sud.

 

Lors de la pose de volets roulants, les accessoires sont à encastrer dans le cadre (coffre de volets et glissières).


Des ouvertures en toiture

Elles peuvent assurer un éclairement zénithal.

Les lucarnes sont, à l’origine, des modèles urbains qui éclairent les chambres de bonnes dans des immeubles couverts de toit à forte pente. Sur les fermes, elles n'existent que dans le Vignoble.

 

Si la pente de toit est très élevée, il est possible de construire une lucarne qui restera un percement étroit et sera implanter dans l’axe des fenêtres existantes.

Les châssis de toit, plus discrets, doivent rester en nombre limité et sont peu recommandés en altitude du fait de la neige.

Une verrière ménagée dans le toit peut éclairer un patio autour duquel rayonneront plusieurs pièces. 

 

La création de lucarne sera possible en nombre très réduit, en fonction de la longueur et de la pente du toit et en respectant les proportions suivantes : hautes et étroites.

Les fenêtres de toit, posées dans la pente, sont une solution plus discrète et économique.

Dans tous les cas, lucarnes et châssis sont posés dans l'axe des percements de la façade.

 

Des dispositifs de type verrière sont des alternatives à adapter et à proportionner à la façade.


La porte de grange

Il est essentiel de conserver ce percement principal dans sa totalité et de maintenir l’image générale d’un arc profond en pierres.

Elément majeur et identitaire, sa rénovation nécessite une attention particulière :

  • elle est conservée en l’état, si l’allée de grange devient un garage ou une remise
  • elle est vitrée sur toute la hauteur pour éclairer une pièce vaste et de grande hauteur créée à l’arrière. Le châssis sera alors posé de préférence à l’intérieur de l’encadrement, en fond de maçonnerie, devra faire l’objet d’un graphisme épuré autour de grands vitrages.

 

L’arc de la porte peut aussi être vide et ménager un porche donnant accès à une nouvelle façade positionnée à l’arrière. On retrouve alors le principe du charri présent dans les fermes haut-saônoises. Cet aménagement présente plusieurs intérêts :

  • il constitue un espace extérieur abrité,
  • il éloigne le vitrage de la rue,
  • il permet de conserver l’arc existant et son ombre réduit l’impact de sa transformation.

La porte d'écurie

Elle sera conservée de préférence dans sa globalité.

Dans certains cas, elle pourra être transformée en fenêtres : il faudra alors prévoir 2 fenêtres de façon à retrouver les proportions plus hautes que larges des baies d’habitation.


Les interventions contemporaines

Le traitement contemporain de certains éléments de façade permet de répondre correctement aux nouveaux usages et, par contraste franc, de mettre en valeur le bâti ancien tout en conservant l’image de la ferme traditionnelle.

Ainsi, afin de conserver le rapport plein/vide des façades du Jura, il est souvent préférable de privilégier le percement d’une baie de grande dimension plutôt que de multiplier des ouvertures de petites tailles.




Fermer     Imprimer