Imprimet

Les équipements, infrastructures et loisirs - Architecture XXème siècle

Le XXème siècle a connu un bouleversement sociétal profond, la société traditionnelle se transforme au profit d’un modèle urbain, la population se concentre dans les villes et les banlieues, les échanges se développent, les activités se diversifient. 

En parallèle, on constate deux phénomènes :

  • des activités réservées à une certaine élite se généralisent, notamment en termes de transports, de loisirs et d’activités sportives et culturelles,
  • pour améliorer la situation de la population, des politiques publiques d’équipement sont mises en œuvre afin d’assurer l’accès des services au plus grand nombre. Ces nouveaux équipements ont des vocations essentiellement  sociales (centre social, maison de l’enfance…) et sanitaires (dispensaires, bains-douches…).

En règle générale, ces nouveaux bâtiments affichent une image de modernité qui illustre la notion de progrès social.

 

Illustr. 1 Vesoul (70), Direction de la Solidarité et de la Santé publique
Illustr. 2 Salins-les-Bains (39), Bains-Douches
Illustr. 3 Tavaux (39), Centre social
Illustr. 4 Saint-Claude (39), Caisse d'Allocations Familiales - CAF

 

 

Description :

Le programme

Les programmes sont très variés et très spécifiques, ils répondent à un usage particulier et assez fonctionnel.

 

Généralement, chaque bâtiment répond à une fonction précise, les programmes sont rarement mixés.

Dans ce cas, ils sont associés parce qu’ils assurent une meilleure réponse :

  • pratique, un meilleur service à un public précis (école/centre social, gymnase/terrain de sport…) ou,
  • technique (mutualisation des chaufferies, des vestiaires…).

 

Dans la mesure où ces bâtiments sont destinés à recevoir du public, l’accueil et la gestion des flux de circulation, voire des foules, sont des éléments récurrents des programmes. Les espaces doivent être clairement identifiés par tous (y compris étrangers et enfants) et assez vastes pour accueillir le public y compris lors des pics de fréquentation.


Le rapport à la ville et au site

La localisation de ces bâtiments est intimement liée à leur fonction, à leur accessibilité et à la planification urbaine.

 

En règle générale, ils doivent être facilement repérables dans la cité, à la fois par leur localisation et leur forme.

Illustr. Tavaux (39), Centre social


Par exemple, les gares ferroviaires et routières sont à la fois fonctionnelles, implantées aux nœuds des réseaux, et symboliques en constituant les nouvelles portes des villes.

Les équipements d’échelle supérieure (territoriale ou communale) sont considérés comme des éléments structurants et sont implantés dans les centres villes, alors que les équipements de proximité se situent dans les quartiers sur lesquels ils rayonnent.

Illustr. 1, 2 Lons-le-Saunier (39) : Centre social - Automobile Club Jurassien

Illustr. 3 Vesoul (70) : Kiosque à musique

 

De manière générale, les équipements culturels et liés à l’enfance sont implantés dans le tissu urbain ; les équipements sportifs, de grande capacité ou pouvant occasionner des nuisances aux riverains (parc d’exposition, salles de spectacle…)  sont implantés en périphérie, flanqués d’un vaste espace de stationnement. La planification a tendance à regrouper les équipements par thèmes ou publics et à constituer des pôles, tout en assurant le maillage dans le territoire, soit par leur multiplication, soit par des politiques locales de mobilité (transports en commun, tramway) qui ont pour objectif de relier ces équipements entre eux et avec la ville.


Ils assurent une fonction essentielle de représentation de la cité et de la fonction qu’ils assurent : accueil, services, progrès, etc. C’est pourquoi, ils sont souvent conçus comme des bâtiments « phares », points de repère identifiables dans le paysage urbain et dont l’accès est évident.

 


L'espace et les volumes

Le bâtiment est une réponse formelle à des fonctions techniques qui associent souvent des volumes très importants fréquentés par le public et des espaces annexes (services, bureaux…) beaucoup plus réduits et qui doivent rester à l’écart du flux.

Ce fonctionnement particulier induit fréquemment la solution de séparation des accès publics et de service.

Illustr. 1, 2 Montmorot (39), Archives départementales du Jura 

Illustr. 3 Dole (39), Le Bonlieu, Institut Médico Educatif - IME

 

  • Le hall public très vaste et d’accès direct dessert l’ensemble des secteurs ouverts au public, il a également pour fonction de répartir les flux de circulation.
  • L’accès de service est plutôt confidentiel, réservé au personnel.

 

Illustr. Tavaux (39), Centre social Illustr. Sellières (39), La Poste Illustr. Saint-Claude, La CAF

 

A l’intérieur, l’organisation et le traitement des espaces doivent permettre de les identifier facilement. Des changements de couleurs, d’ambiance ou de hauteur sont fréquents pour favoriser le repérage dans l’espace.

 


La lumière

C’est un élément important du projet et l’éclairement est adapté à l’usage de l’espace, par sa présence diffuse/ponctuelle ou son absence.

Illustr. Dole (39), Le Bonlieu, IME
Lons-le-Saunier (39), centre social Plancher-Bas (70), Salle des fêtes

 

Généralement, l’éclairement est abondant dans les espaces d’accueil (et de circulation si possible).

Les prises de lumière naturelle dans les salles d’activités sont conçues dans leur orientation et leur forme pour éviter les effets d’ombres portées et d’éblouissement, complétées parfois par des dispositifs techniques.

Illustr. Dole (39), Le Bonlieu, IME

 


Le rapport à l'ornement

L’ornementation, lorsqu’elle existe, complète la création architecturale et se concentre sur la partie publique, essentiellement l’entrée.


Illustr. Lons-le-Saunier (39), centre social

Elle est mise en œuvre à deux échelles :

  • Elle participe à l’identification du bâtiment à l’échelle de la ville ou du quartier - façades, fresques, fronton, frises…

Illustr. Saint-Claude (39), la CAF, entrée du public




 

 

 

 

 

Illustr. Lons-le-Saunier (39), Automobile Club Jurassien

La structure simple de la façade est enrichie par la mise en oeuvre de panneaux de pierre à l'aspect précieux.

 

  • Elle signale l’entrée principale par un traitement spécifique - encadrements, marquise, menuiseries…
Illustr. Salins-les-Bains (39) : Bains-Douches, détails ornementation

 

 


Les techniques de construction - Les matériaux

Les réponses techniques sont souvent innovantes pour ce type de projet :

  • d’abord parce que les programmes sont nouveaux,
Illustr. Plongeoirs à Lons-le-Saunier (39), Bassin Jean-Michel et à Port-sur-Saône (70)
  • ensuite parce que les espaces à créer sont souvent très vastes et ne peuvent être construits avec les méthodes traditionnelles,
  • enfin parce qu’afficher un système constructif innovant ou des matériaux techniques confère une image de modernité à l’équipement et l’inscrit dans son époque.
Illustr. Gray (70), gare routière

 

Illustr. Montmorot (39), Archives départementale du Jura, détails matériaux façades

 

Illustr. Sellières (39), la Poste, détails matériau et technique de construction

 

La recherche technique s’est souvent concentrée sur la conception de grands espaces libres de tout point porteur qui pourrait constituer un obstacle à la circulation.

Illustr. Saint-Claude (39), la CAF, Caisse d'Allocations Familiales, détails matériaux façades et entrée publique

 

Illustr. Dole (39), Le Bonlieu, IME, détails constructifs et matériaux employés (béton armé)

 

Les politiques nationales d’équipement ont participé à cette innovation en diffusant sur le territoire des modèles mettant en œuvre des structures tridimensionnelles, gonflables, en lamellé collé…

 

Illustr. Viaducs de Morbier (39) (photo 1)  et Morez (39) (photos 2 et 3)

 


Les enjeux

Des techniques de construction peu maitrisées, des contraintes très fortes et un manque d’entretien régulier fragilisent les structures qui doivent être consolidées.

Illustr. Lons-le-Saunier (39), bassin Jean-Michel, plongeoir

 

Pour continuer d’assurer leur fonction, ils sont amenés à évoluer (public différents, généralisation du numérique…), notamment en s’adaptant à de nouveaux usages et aux nouvelles normes en termes d’accessibilité, de sécurité des biens et des personnes et de performance énergétique. Ces aménagements doivent être conçus en fonction des spécificités des projets et des contraintes techniques, ils doivent conforter leur image originale et innovante.

Illustr. Gray (70), gare routière en avril 2016 et milieu XXème
La multiplication des enseignes et le développement de la végétation polluent la composition du projet initial

 

Illustr. Lons-le-Saunier (39), centre social en décembre 2016, mur végétalisé, rénovation effectuée

 

Dans un contexte de développement durable et de vieillissement de la population, il est essentiel de mettre en place des solutions de mobilité alternative à la voiture pour accéder aux équipements. Cet enjeu est intimement lié à la problématique de la qualité des espaces publics qui les accompagnent, qui ne doivent pas se résumer à une vaste étendue de parking.

 




Fermer     Imprimer