Imprimet

Le travail - Architecture XXème siècle

La région Franche-Comté est historiquement très industrielle. Il n’existe pas de grand territoire vide même si les établissements d’importance se concentrent plutôt dans les villes. Les industries traditionnelles concernent autant la transformation des produits agricoles que les productions métallurgiques, horlogères, lunettières, automobiles

 

La densité du réseau hydrographique et sa capacité à alimenter les établissements en énergie ont favorisé les premières implantations, notamment dans le Haut-Jura. L’évolution des activités industrielles leur a permis de perdurer et de prospérer au XXème siècle.

 

Dès les années 30, les industriels ont été à l’initiative de commandes innovantes et choisissent des projets d’allure moderne qui affichent une image de progrès.

 

Certaines activités, ayant des contraintes particulières, nécessitent des réponses architecturales appropriées que les techniques de constructions nouvelles permettent.

La technique de construction en métal et/ou en béton armé permet les plateaux libres de points porteurs, les larges baies vitrées indispensables aux activités de précision – lunetterie et horlogerie – qui requièrent beaucoup de lumière et privilégient l’éclairage naturel.

Description :

Le programme

Les activités industrielles se caractérisent au XXème siècle, par deux bouleversements :

  • l’application d’un process rationnel visant à améliorer la productivité et la rentabilité

Il peut imposer, pour la production, soit une marche en avant tout au long de la transformation du produit, soit une décomposition de la production dans divers ateliers et un assemblage final avant expédition.

La conception des bâtiments illustre cette rationalisation, notamment dans la programmation de chalets-modèles pour la fabrication du comté.

 

Illustr. Le Fied (39), fruitière à comté

  • la montée en puissance de l’industrie et la production à grande échelle mobilisent un grand nombre d’ouvriers sur le site, des volumes de stockage et des surfaces d’ateliers nettement supérieurs aux bâtiments plus anciens

Généralement, les activités administratives et de production occupent le même site mais sont distincts. 

 

Illustr. Morbier (39), usine Illustr. Saint-Claude (39), centre d'exploitation EDF

Le rapport à la ville et au site

Les premières implantations sont conditionnées à la proximité de la ressource énergétique assurée par le réseau hydraulique. Le développement de l’énergie électrique permet aux activités de s’éloigner des cours d’eau et de s’implanter plus librement à proximité des voies d’accès et des quartiers d’habitation.

 

Illustr. Morbier (39), vue aérienne

 

Les bâtiments s’implantent en périphérie immédiate des noyaux anciens des villages et sont mêlés aux fonctions résidentielles et commerciales.

 

Illustr. Morbier (39), ancienne usine Bourgeois Illustr. Champagnole (39), imprimerie Gresset

 

Dans les villes, la proximité de la gare est un atout et conditionne l’installation d’activités dans ces quartiers. Ces bâtiments sont désormais intégrés aux villes et villages suite au développement de l’urbanisme et cette situation peut être une contrainte en termes de bruits, d’accès et de possibilité de développement.

 

Illustr. Vaux-les-Saint-Claude (39), vue aérienne

 

La notion de zonage et de spécialisation de l’espace se développe dans les années 50, ce qui a pour conséquence de concentrer les activités dans des zones industrielles et/ou artisanales monofonctionnelles, extérieures à la ville.

 

Illustr. Saint-Claude (39), vue aérienne Illustr. Champagnole (39), vue aérienne

 

 


Les espaces et les volumes

Les bâtiments de production se caractérisent par des surfaces libres et décloisonnées que les techniques de construction autorisent. La hauteur des ateliers dépend directement de la production.

 

Illustr. Poligny (39), fromagerie BRUN

 

Illustr. Morbier (39), usine Illustr. Saint-Lupicin (39), usine

 

Les zones de bureaux restent cloisonnées et leur organisation reflète à la fois la hiérarchie et la fonction, dans un service : comptabilité, approvisionnement, expédition, etc.

 

 

 

C’est généralement dans la zone d’accueil du public que le traitement de l’espace est le plus soigné : escalier, volumes à double hauteur, notion d’atrium, de puits de lumière, etc.


Selon les époques, les bâtiments administratifs sont dissociés ou associés à la production. 

 

 

 

 

Illustr. de gauche : Morbier (39) :

ancienne usine Bourgeois (aujourd'hui Girod Médias)

Illustr. ci-dessous : Saint-Lupicin (39), usine

 

 



La lumière


L’apport de lumière naturelle est un enjeu dans l’ensemble des bâtiments

Une bonne répartition de la lumière assure un meilleur confort, permet un travail plus soigné et une économie notable d’énergie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Illustr. Morbier (39), ancienne usine

 

 

Deux dispositifs assurent l’éclairement des volumes :

  • Les larges fenêtres éclairent les ateliers de précision peu profonds dans lesquels les postes de travail sont répartis le long des façades, séparés par un couloir central.

 

 

Illustr. Lons le Saunier (39), ancienne imprimerie Moderne

 

  • Les sheds, fenêtres en toiture, permettent d’éclairer les usines très vastes et très profondes. Ce dispositif est rendu possible par la mise en œuvre de charpentes métalliques.

Illustr. Corravillers (70), ancienne usine de tissage de coton




Le rapport à l'ornement

 

L’ornementation est directement liée à l’époque et au style de la construction.

Généralement, elle recourt à des techniques et matériaux industriels (céramiques, briques, métal, etc.) et se concentre sur les façades et les espaces orientées vers la ville et le public et dans les locaux administratifs : porche et hall d’entrée, salle de réunion, bureau …

 

Illustr. 1 Saint-Lupicin (39), usine Bourbon, entrée
Illustr. 2 Lons le Saunier (39), ancienne imprimerie Moderne, détail façade, ancienne dénomination
Illustr. 3 et 4 Champagnole (39), imprimerie Gresset, détail façade entrée et ancienne dénomination

 

L’ornement extérieur a plusieurs fonctions : il atténue la rudesse d’un lieu de travail aux formes géométriques en apportant de la fantaisie et des éléments un peu précieux. Il constitue un signe de richesse et a une fonction d’enseigne en annonçant la raison sociale : l’activité, le nom de l’industriel, etc.

 

L’horloge monumentale, installée à l’entrée de l’usine est un élément permanent.

Illustr. Poligny (39), fromagerie Brun, horloge

 

A partir des années 30, l’ornementation disparait au profit d’une expression plastique de l’architecture avec la mise en scène d’un élément particulier : porche d’entrée, escalier monumental, fronton.

Illustr. Morbier (39), janv 2017 CAUE39 :

ancienne usine Bourgeois (aujourd'hui Girod Médias)

 

 

 

 


Les techniques de construction - Les matériaux

Dans les ateliers de production, l’objectif principal est de libérer les surfaces  de travail de points porteurs et d’aménager des plateaux de travail décloisonnés.

 

Les matériaux industriels qui permettent d’assurer une construction rapide et économique et qui offrent des performances techniques ont très vite été mis en œuvre dans la construction de ces bâtiments : la brique et les poutrelles métalliques dès le début du siècle, le béton armé dès les années 30.

 

 
Illustr.1 Saint-Lupicin (39), usine Bourbon 2 Morbier (39), usine Girod Médias (ancienne usine Bourgeois)

 

Les structures métalliques sont privilégiées dès les années 60 pour les ateliers les plus vastes, notamment les usines de construction automobile.

 

 

 

 

Illustr. de haut en bas et de gauche à droite :

Illustr. 1 Lons le Saunier (39) : Conseil départemental détail toiture auvent

Illustr. 2 Morbier (39) : Usine Diager (ancienne usine Guex)

Illustr. 3 Saint-Claude (39) : Centre d'exploitation EDF

Illustr. 4 Saint-Lupicin (39) : Usine Bourbon

 

 




Les enjeux

La situation des bâtiments du début du siècle, leurs qualités techniques et leurs caractéristiques en termes de volumes et de lumière sont des atouts en faveur de leur évolution et leur transformation en locaux destinés à accueillir des activités de services et résidentielles, dans le cadre d’une politique de renouvellement urbain ou d’activités artisanales et culturelles.

 

Illustr. Lons le Saunier (39), ancienne imprimerie Moderne, reconvertie en logements et bureaux

 

 

 

Illustr. Morbier (39), ancienne usine Bourgeois,

aujourd'hui Girod Médias : rénovation énergétique et transformation en bureaux

 

 




Fermer     Imprimer