Regards sur l'architecture et l'aménagement en Franche-Comté 2015
drac caue-39-jura caue-70-haute-saone caue-25-doubs
Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement
 RSS
Glossaire

Glossaire

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z
C
Cadastre :

n.m. Ensemble de documents qui contient une matrice des états de section, un plan topographique des propriétés d’une commune, et servant notamment à fixer l’impôt foncier.

Calcaire :
n.m. Le calcaire est la roche sédimentaire la plus répandue en France. Constituée en grande partie de carbonate de chaux, cette roche contient souvent de très petits coquillages fossiles. Il existe une très grande variété de calcaires plus ou moins compacts et fissurés. Il est le constituant principal du karst. Les calcaires présentent de très nombreuses couleurs du blanc cassé à l'ocre foncé et au gris foncé.
Calcium :
n.m. Elément atomique premier dont l'abréviation est Ca (cf. tableau périodique des éléments de Mendeleiev). Il se trouve en grande proportion dans le lait de chaux, le carbonate de chaux, la chaux et le calcaire.
Calepin d'appareil :
n.m. Dessin précisant où doivent être montés les blocs de pierre de taille qui serviront d'encadrement de voûte et d'ouverture.
Calepinage :

n.m. Assemblage dans un ordre particulier dessiné par l’architecte d’éléments tels que la pierre, la brique, le carrelage qui composent une façade ou un revêtement de sol.

 

  

Calvaire :
n.m. Croix dressée généralement sur une plateforme ou à un carrefour qui commémore la passion du Christ.
Carbonate de Chaux :
n.m. [Chimie] Matériau composé d'un dérivé du carbone Co3 et de Calcium Ca : Co3Ca.
Chaînage :
n.m. Élément d’ossature des parois porteuses d’un bâtiment ceinturant les murs, le chaînage solidarise les parois, et empêche les fissurations et la dislocation du bâtiment. On distingue les chaînages horizontaux, qui ceinturent chaque étage au niveau des planchers, et sur lesquels sont élevées les parois, et les chaînages verticaux, ou chaînes, qui encadrent les parois aux angles des constructions et au droit des refends.
Chaînage d'angle :

n.m. Technique de construction permettant le renforcement vertical ou horizontal des angles des murs par des chaînes d'angles. Celles-ci étaient réalisées autrefois avec des assises de pierre solidarisées par des agrafes ou des tiges métalliques noyées dans la maçonnerie et terminées par des ancres. Aujourd'hui, elles sont réalisées en béton armé.

Chalot :
n.m. [Haute-Saône] Construction rectangulaire de 3 x 4 m environ posée sur des cales en pierre, située à l'écart de la ferme qui abritait le grain des habitants et des animaux de la ferme et des provisions (pain, conserves, eau de vie...). Voir aussi grenier fort [Jura]
Champ :

n.m. Surface de parement uni d’un panneau ou d’un lambris, entre les moulures ou encadrements ; fond sur lequel se détachent un élément décoratif ou un bas-relief.

Chanfrein :
n.m. Pan coupé étroit, au bord d’un ouvrage de maçonnerie, de menuiserie, de serrurerie. Il se raccorde avec les pans adjacents par des angles égaux.
Chanfreiné(e) :

adj. Petite surface oblique, obtenue en abattant l’arête vive d’une pierre, d’une pièce de bois ou de métal. Tailler un chanfrein : Il est également sage d’abattre pour les remplacer par des chanfreins, les arêtes des pierres de taille qui forment l’encadrement des baies… Ch. Bricka, Cours de ch. De fer, tome 1, 1894, p.232.

Chapiteaux ioniques :
n.m.pl. Chapiteau orné de deux enroulements latéraux sculptés en spirale.
Chasse-roue :

n.m. Petit obstacle, formé par une borne, un aileron en métal, en pierre … placé à l’angle d’une construction, au pied d’une porte cochère pour protéger ces parties du choc des roues.

 

Châssis :

n.m. Cadre rectangulaire mobile, ou parfois fixe, vitré ou non, qui compose le vantail d’une croisée, d’une porte, d’une trappe, etc. Selon son mode de rotation, un châssis mobile est dit basculant, pivotant, à projection ou coulissant.

Châssis à guillotine :

n.m. Châssis de fenêtre dont les vantaux coulissent verticalement en se recouvrant.

Fenêtres

Châssis de toit :
n.m. Le châssis de toit (ou fenêtre de toit) est un châssis vitré ayant la même pente que le toit dans lequel il est fixé. Synonyme : Tabatière
Chaux :
n.f. Oxyde de calcium : CaO.
Chéneau :
n.m. Canal en pierre ou en bois recouvert de métal. Placé à la base d’un versant, il longe le toit, recueille les eaux de pluie et les conduit au tuyau de descente. Il est creusé dans la corniche des murs gouttereaux ou posé sur celle-ci.
Cheptel :

n.m. Ensemble des animaux d’une catégorie de bétail dans une exploitation, un pays : un important cheptel bovin.

Chevron :
n.m.  1. Débit de bois résineux équarri de section 6 x 8 cm. 2.  Pièce de bois équarri fixée sur les charpentes suivant la ligne de pente pour porter les supports horizontaux des matériaux de couverture, les chevrons sont espacés de 30 à 60 cm selon le type de couverture.
Chien-assis :

n.m. Petite lucarne en charpente sur le versant, dont la face verticale est triangulaire. Son profil évoque celui d'un chien qui serait assis sur le toit.

Claie :

n.f. Panneau ajouré, treillage de branches entrelacées, caillebotis léger, plancher à claire-voie. Désigne aussi un grand treillis monté sur un cadre incliné, qui sert de crible pour le tamisage des sables sur chantier.

Claire-voie :

n.f. Ouvrage dont l’assemblage n’est pas serré, n’est pas continu.

Clayonnage :

n.m. Ouvrage de maintien des terres de remblai, ou du blindage de tranchées, réalisé avec des claies en branches souples entrelacées, retenues par des piquets.

Clin :

n.m. Longue pièce de bois posée à l’horizontale ou à la verticale, avec un recouvrement partiel utilisé pour les revêtements extérieurs des bâtiments. Chaque clin recouvrant le clin inférieur pour assurer l'étanchéité à la pluie.

Clocher en bâtière :
n.m. Clocher à deux versants et à pignons découverts.
Cluse :
n.f. Passage d'un cours d'eau à travers un mont.
Coche :

n.f [Jura] Prolongation des murs pignons (ce dispositif a l'avantage de protéger la façade des intempéries).

Coffrage :
n.m. Moule provisoire préparé pour couler le béton d’un ouvrage puis retiré après sa  prise et son durcissement. Il peut être constitué de planches de bois, de planches de contreplaqué ou de tôles.
Colombage :

n.m.  Construction de murs porteurs associant plusieurs pans de bois dont les osssatures restent apparentes et dont les vides sont remplis en torchis, en pisé, en maçonnerie de briques, etc. Voir aussi Pan de bois.

Combe :
n.f. 1. [Jura] Terme employé dans le langage  populaire : il signifie une dépression peu profonde et ouverte à une extrémité. 2. [Géologie] Dans la montagne jurassienne, une combe est un vallon creusé depuis le sommet d'un mont. 3. [Géographie et paysage] Lors des glaciations quaternaires, les langues glaciaires  formées depuis le sommet de la haute chaîne du Jura ont emprunté les vallons creusés depuis le sommet des monts ainsi que les  vallées du Jura et les ont élargies donnant ce paysage caractéristique de "combes glaciaires".
Comble :
n.m. Partie supérieure d'un bâtiment qui comprend la charpente et sa couverture. Par extension, étage supérieur d'un bâtiment sous les toits.
Concave :
adj. Qui présente une courbe, une surface en creux.  Contraire de convexe.
Console :

n.f. [Architecture] Support d'un élément d'un bâtiment (balcon, corniche, statue...) se trouvant en surplomb. Le développement en hauteur distingue la console du corbeau.

A. Console triangulaire - B. Corbeau

Contrefiche :
n.f. Pièce oblique de la ferme d'un toit qui soulage l'arbalétrier vers la base du poinçon.
Contreplaqué :
n.m. et adj. Panneau fait d’un nombre impair de couches minces de bois de même épaisseur collées sous pression.
Convexe :
adj. 1. Arrondi vers l'extérieur. 2. [Géographie] Rive convexe, qui forme une avancée de terre dans une courbe de rivière. Contraire de concave.
Corbeau :

n.m. [Architecture] Elément de bois, de pierre ou de métal en saillie sur un mur ou un parement destiné à recevoir un linteau, une corniche.

Corniche :

n.f. Partie saillante en surplomb couronnant la façade d'un bâtiment formant une moulure  ou une série de moulures emboitée les unes sur les autres. La corniche est habituellement horizontale.

b : Corniche du fronton

Côte :
n.f. [Géographie] Synonyme de cuesta : rebord de plateau calcaire comportant une partie haute escarpée et une partie basse en pente plus douce.
Cour agricole :
n.f. 1. [Jura] Terme populaire désignant l'espace situé devant la ferme et le long de la rue. Voir aussi Usoir.  2. [Terme général]  Espace découvert clos partiellement ou totalement de murs ou de bâtiments et servant à l'usage propre de l'exploitant agricole.
Coursive :

n.f. = Coursière. Passage étroit situé en hauteur et pris dans l'épaisseur d'un mur. Ce terme désigne à la fois les galeries de circulation extérieures d’un bâtiment et les passerelles d’un navire. Dans l'habitat collectif, c'est un palier à découvert sur l'extérieur qui donne le passage pour accéder aux portes palières d’appartement.

Coursive d'immeuble (Le Pellerin, Loire-Atlantique)

Couvert :
n.m. Citerne couverte par un toit qui permet de recueillir l'eau de pluie et de fonte des neiges. Elle alimente l'abreuvoir de l'alpage. Elle peut présenter une couverture inversée avec un chéneau central.
Couverture :
n.f. Partie extérieure de la toiture qui doit protéger de façon étanche et durable les parties supérieures d'un bâtiment.
Coyau :

n.m. [Jura] Pièce oblique d’un versant de toit, portant sur le bas des chevrons et adoucissant la pente du versant dans sa partie basse.

Crêt :
n.m. [Jura] Escarpement rocheux qui borde une combe. Le crêt de la neige (1718 m) est le point culminant de la montagne jurassienne.
Croisée :
n.f. Ensemble constitué par les vantaux d'une fenêtre.
Croupe :

n.f. 1. [Géographie] Sommet arrondi d'une montagne.

2. [Architecture] Pan de toit de forme généralement triangulaire (croquis ci-dessous).

Cuvette synclinale :
n.f. [Géologie]. Dépression située entre deux anticlinaux. C'est une zone où les couches géologiques pendent de chaque coté vers la partie médiane basse. La cuvette synclinale correspond souvent à un val. Contraire de anticlinal.

> Voir les sources bibliographiques
Recherche
Nuage de tags
Conseil aux particuliersCAUECULTURECollectivité territorialeCadre de vie
CAUE
© 2013-2017 CAUE Franche-Comté • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias Agence Web